VIMEO - consulter et partager nos ressources vidéo sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques PEARLTREES - consulter et partager nos ressources vidéo sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques PEARLTREES - consulter et partager nos ressources sur l'agroforesterie et les pratiques agroécologiques Rejoignez les discussions sur l'agroforesterie et l'agroécologie sur Facebook Sélection de videos sur l'agroforesterie et l'agroécologie

Résumé

Titre :
Sélection Participative d'Espèces Annuelles ou Ligneuses adaptées aux pratiques agroécologiques

localisation : Régional

Date  : 2013 / 2016

Coordination :
INRA - UAGPF Orléans

Partenaires  :

  • INRA - UR AGPF
  • INRA -
  • INRA -
  • ARDEAR du Centre
  • inPACT Centre
  • AGROOF
  • ARBOCENTRE
  • Union Ressources
    Génétiques Centre
  • Pépinières Bauchery
  • Bernadette Vallée
    Conseil Forestier

Contact Agroof

Fabien Liagre
Responsable Recherche et Développement
email: liagre@agroof.net
téléphone : 04 66 56 85 47

Documents

Projet

Presse

 














SPEAL
S élection Participative d'E spèces A nnuelles ou L igneuses adaptées aux pratiques agroécologiques : un projet de Recherche d'intérêt régional


Contexte : Répondre aux attentes des agriculteurs

La difficulté pour les agriculteurs pratiquant une agriculture à faibles niveaux d'intrants est de s'approvisionner en semences d'espèces végétales annuelles adaptées à l’environnement pédo-climatique de leur exploitation et à leurs pratiques agricoles. En effet, les variétés certifiées disponibles dans le commerce, produites en station expérimentale en conditions de culture intensives en énergie fossile et en eau, exploitent difficilement leur potentiel en conditions de culture économes. Par ailleurs, les agriculteurs de la région Centre désireux de mettre en place des systèmes agroforestiers sont confrontés à deux difficultés :
  • d'une part, très peu de variétés améliorées forestières existent,
  • d'autre part les parcelles sont souvent drainées, ce qui génère un frein à la réintroduction d'arbres.

Les entreprises semencières ne produisent pas de variétés adaptées aux spécificités pédo-climatiques et culturales de chaque contexte individuel, certains agriculteurs ont donc déjà entrepris des travaux autour de la sélection variétale. Ils souhaitent les renforcer et les étendre à d'autres espèces grâce à l'appui méthodologique et technique d'agronomes et généticiens de l'INRA déjà expérimentés sur les méthodes de sélection participative très performantes pour développer rapidement des variétés variées, adaptées localement, et parfaitement acceptées socialement.


objectifs

Le projet a pour finalités de favoriser le développement de systèmes agroécologiques à faibles niveaux d'intrants favorables à la biodiversité, sauvage et cultivée, d'établir une méthodologie de sélection participative adaptée associant les acteurs de la recherche publique et les professionnels du secteur agricole, d'établir une expérimentation-système co-construite dans une parcelle drainée représentative d'un terroir agricole qui pourra servir de vitrine et de lieu d'échanges de savoirs. Les variétés obtenues pourront être multipliées dans chaque exploitation ou être homologuées.
Ce projet s'articule autour de 3 axes :
  • Sensibilisation : à l'agroécologie, création et entretien d'un réseau régional d'acteurs autour de la biodiversité cultivée, en amont et en aval des filières agro-alimentaires et forestières de la région ;
  • Parcelles expérimentales : Mise en place de protocoles de sélection participative et suivis des expérimentations établies en sol drainé représentatif;
  • Semences : Gestion des créations variétales avec entres autres Création d’une « Maison de semences », l'encadrement juridique des dons et des échanges de semences entre agriculteurs, la traçabilité des ressources génétiques ;



Un projet Régional

Ce projet s'intègre dans la politique régionale, car il répond aussi à divers enjeux régionaux :

"Trame verte et Bleue" : L’agroforesterie transforme un openfield agricole (milieu ouvert) en un paysage associant intimement cultures annuelles et bandes boisées, particulièrement favorable aux mouvements des animaux.

"Production de biomasse" : La production de biomasse n’est pas concurrentielle avec la production alimentaire en conditions agroforestières. Les volumes produits soit par les coupes visant l’élagage ou la diminution des houppiers, soit par les coupes régulières effectuées sur des arbres étêtés dédiés à cet usage (« trognes »), ont au contraire un double effet positif sur la production alimentaire : cela maintient l’éclairement des cultures des bandes intercalaires, et le produit peut servir d’amendement (« bois raméal fragmenté ») voire pour certaines espèces à l’alimentation animale (feuillage des rameaux de frênes).

"Stockage de CO2" par les sols et la forêt : Développer l’usage des arbres en conditions agroforestières permet le stockage du carbone dans les sols agricoles : en surface par l’accumulation des litières de feuilles, en profondeur par les litières racinaires. Les troncs et branchages permettent bien sûr un stockage de CO2 supplémentaire.

"Gestion et surveillance des ressources, des milieux et de la biodiversité associée » par :
- la valorisation et gestion durables des sols et des milieux aquatiques de surface
- l’optimisation des usages agricoles, forestiers et industriels pour une gestion durable des ressources en eau (DAS3),
l’agroforesterie étant une pratique agricole reconnue pour améliorer en particulier la résistance à l’érosion par l’eau et le vent, la teneur en matière organique des sols (et donc leur productivité), la qualité des eaux (réduction du ruissellement, perméabilité du sol, réduction de la teneur en azote des eaux souterraines par les filets racinaires des arbres.



Ce projet va de pair avec le projet Sélection participative des feuillus précieux , un autre projet de l'INRA d'Orléans



Mission d'Agroof

Accompagnement des mesures de la nouvelle PAC pour le développement de l'agroforesterie.
AGROOF en partenariat étroit avec les Chambres d’Agriculture et l’ARDEAR, veillera à faire activer les déclinaisons locales de la nouvelle PAC en faveur de l’agroécologie, et en particulier de l’agroforesterie.

Formation
Mise en place d'une formation annuelle par département, en tout 18 journées sur la durée du projet et sur l'ensemble de la région. Ces journées de formations porteront sur la présentation des systèmes agroforestiers, de leur fonctionnement et de leur gestion. Des visites sur le terrain autour des projets existant mis en place en 2006/2008 lors du projet CAS DAR Agroforesterie, permettront d'apporter un enseignement pratique de terrain. Lorsque cela sera possible, Agroof, qui est partenaire de l'association BASE et animateur du volet Agroforesterie dans l'association, proposera des journées communes entre BASE Centre et Agroof. Au cours de ces formations, il sera proposé aux agriculteurs candidats une participation directe aux travaux de sélection génétique selon un mode de recherche participative mis au point avec l'INRA.